Archives par mot-clé : Burt Rutan

Le Stratolaunch

En 2011, Paul Allen, co-fondateur de Microsoft, se lançait dans l’aventure aérospatiale avec le lancement d’une nouvelle société Stratolaunch Systems. L’objectif de Stratolaunch Systems était le développement du dernier « bébé » en date de Burt Rutan en l’occurrence un avion géant d’une envergure plus large que tout ce qui a pu voler jusqu’à présent destiné à lancer des fusées dans l’espace.

L’idée est de lancer des véhicules suborbitaux ou des fusées orbitales en évitant la phase de décollage vertical depuis le sol afin de réduire la consommation de carburant et s’affranchir de conditions météo incertaines. Le prototype a été dévoilé le 31 mai 2017.

Le principe général de l’aéronef reprend les idées des Space Ship One et Space Ship Two mais, ici, on change manifestement d’échelle.

Le premier vol d’essai est prévu en 2019.

Liens :

SkiGull ou le retour de Burt Rutan

Burt Rutan n’est pas un inconnu dans le milieu des fanatiques de l’aviation. Concepteurs insatiable d’aéronefs, il s’est notamment illustré avec son premier tour du monde sans escale et sans ravitaillement en 1986. Bien qu’étant resté discret, Burt Rutan peu ensuite ajouter à son palmarès la conception des SpaceShipOne et SpaceShipTwo.

Bien qu’ayant pris sa retraite, Burt Rutan revient dans l’actualité avec son projet SkiGull. » Lire la suite : SkiGull ou le retour de Burt Rutan

Le tour du monde sans escale avec Voyager

Si bien des records du monde en tout genre sont détenus par des avions prestigieux ou insolites, le premier tour du monde sans escale et sans ravitaillement appartient à un frêle engin : Voyager. Conçu par Burt Rutan, alors vice-président du fabricant aéronautique Beechcraft, Voyager aura nécessité plusieurs milliers d’heures de travail.

Burt Rutan n’en est pas à un coup d’essai. Par le passé, il s’est déjà illustré avec quelques exercices de style.

Le Voyager de Burt RutanHybride de catamaran et de planeur d’une envergure de trente trois mètres et faisant un usage intensif de nouveaux alliages, Voyager maintient le style cher à Burt Rutan, l’aile dite canard à l’avant qui lui assure une plus grande sécurité. Voyager emporte près de cinq tonnes de carburant pour alimenter ses deux moteurs. Ils devaient lui assurer une vitesse de croisière de 240 km/h qui se stabilisera à 130 km/h. Le moteur avant ne sert que pour les phases ascensionnelles. Il est coupé afin d’éviter les perturbations de l’air au contact de l’aile avant. Pour le reste, la chasse au moindre kilogramme superflu fut draconienne. Il n’a ainsi été fait appel qu’à deux kilogrammes et demi de peinture. Chaque kilogramme supplémentaire nécessite en effet trois kilogrammes de carburant. Après un premier vol de quatre jours et demi en juillet, l’équipage de Voyager, Dick Rutan et sa compagne Jeana Yeager s’élance le 14 décembre 1986 de la base américaine d’Edwards. Les 42.000 kilomètres seront parcourus en neuf jours. Pendant ce fabuleux périple, ils ont croisé les îles Hawaï, les Philippines, le sud de l’Inde, traversé l’océan Atlantique en suivant l’équateur puis longé la côte américaine pour rallier leur point de départ californien.

Il convient de rappeler qu’à la performance technique s’ajoute la performance humaine, l’équipage a, en effet, vécu plus d’une semaine dans un habitacle de deux mètres carrés dans un environnement sonore de 105 décibels, l’équivalent d’un marteau piqueur.

Le Voyager est maintenant exposé au National Air and Space Museum aux côtés du Wright Flyer, du Spirit of Saint Louis et du Bell X-1.

Bibliographie :

  • L’histoire fabuleuse de Voyager, Jeana Yeager, Dick Rutan, Albin Michel, 1988

Voyage galactique avec SpaceShipTwo

Inspiré notamment du Global Flyer ayant permis son tour du monde à Steve Fossett, Virgin Galactic fait développer et fabriquer actuellement une version SpaceShipTwo destinée à emporter 2 pilotes et 6 passagers dont le premier vol d’essai est prévu pour 2007 et dont les premiers vols commerciaux sont prévus pour 2008.

L’histoire a commencé le 20 mai 2003 avec le premier vol en automatique du SpaceShipOne de la société américaine Scaled Composites. Le 21 juin 2004, lors de son 15e vol, le piloté par le pilote d’essai et astronaute Mike Melvill, a atteint l’altitude historique de 100,095 km pour effectuer le premier vol privé dans l’espace. Le 4 octobre 2004, date anniversaire du lancement du premier satellite dans l’espace Spoutnik 1, il a gagné le Ansari X Prize en effectuant un second vol spatial cinq jours après le premier, en brisant du même coup le record d’altitude (328 000 pieds) de l’avion-fusée américain X-15. Le second vol devait être fait dans les deux semaines pour obtenir le prix.

La conception et la construction du SpaceShipTwo sont assurées comme pour son prédécesseur SpaceShipOne par Burt Rutan et sa société spécialisée dans les prototypes d’avions et de fusées Scaled Composites.

Développé et construit sous fonds privés et en grande partie financé par le milliardaire Paul Allen à raison de 20 millions de dollars, en dehors de tout cadre gouvernemental, cet engin a démontré la faisabilité de concevoir et de gérer un petit engin capable d’un très court séjour dans l’espace. Cette réussite inaugure l’ère du tourisme spatial.

Largué depuis son avion porteur le « White Knight » (baptisé ainsi en référence aux pilotes de X-15 de l’USAF, Robert Michael White et William Joseph Knight, qui dépassèrent la limite des 50 miles d’altitude à bord de l’avion-fusée dans les années 1960) décollant depuis le désert des Mojaves, le SpaceShipOne prend son envol depuis l’altitude de 16 000 mètres.

SpaceShipOne est exposé au National Air and Space Museum à Washington DC aux États-Unis depuis le 5 octobre 2005.

Liens