Le Pou-du-Ciel, ancêtre de l’ULM

Véritable ancêtre de l’ULM par sa simplicité et son prix, le lancement du Pou-du-Ciel par Henri Mignet n’a pas été bien vu par l’industrie aéronautique de l’avant guerre.

Convaincu de l’utilité de rendre l’aéronautique accessible au plus grand nombre, Henri Mignet publia les plans de son HM-8 au Salon de l’aéronautique 1934 et en publie les plans.

Le Sport de l'airUne version plus aboutie, le HM-14, fera l’objet d’un livre écrit par Henri Mignet puis mis à jour par son fils Pierre Mignet, Le Sport de l’Air.

Parmi les premiers constructeurs amateurs du Pou-du-Ciel (HM-14) au début des années 30, quelques-uns ont, par ignorance des règles de centrage et surtout par non respect des plans de Mignet, trouvé la mort dans des accidents. Il a donc été interdit de vol en 1936.

La formule du Pou-du-Ciel

La formule du Pou-du-Ciel est simple : « décrochage et vrille impossibles ».

Au lieu de décrocher, il entame une descente parachutale à 4 m/seconde selon un angle de 45°, le fuselage reste horizontal et on peut toujours le diriger sans aucun risque de vrille dans toutes les directions.

La formule a perduré et existe toujours de nos jours sous la forme des HM-360 et HM-380 dont les plans sont en téléchargement gratuit sur le site Pou-Guide.

Mignet Aviation

La société Mignet Aviation a poursuivi la conception et la commercialisation d’avions sur la formule d’Henri Mignet. Le dernier en date est le HM-1100. Elle a récemment arrété son activité.

Liens :


Laisser un commentaire