Premier vol de l’E-Fan, l’avion électrique selon Airbus

Afin de valider les préceptes de la propulsion électrique, Airbus Group (ex-EADS) travaille sur l’avion électrique E-Fan. Encore à l’état de prototype, E-Fan permet à Airbus de valider certains principes fondateurs du projet E-Thrust.
E-FanPrésenté au salon du Bourget 2013, l’E-Fan a cependant réalisé son premier vol officiel le 25 avril 2014. » Lire la suite : Premier vol de l’E-Fan, l’avion électrique selon Airbus

Un siècle de voltige aérienne

Depuis le début de l’aviation, la voltige aérienne n’a pas manqué de faire le spectacle. A l’occasion du 27e WAC (World Acrobatic Championships) de 2013, un film de la DGAC célèbre ce siècle.

Looping Adolphe PégoudL’histoire commence le 19 août 1913 où Adolphe Pégoud, alors qu’il teste en vol un dispositif de sauvetage par parachute à bord d’un Blériot XI, est loin de se douter qu’il va donner naissance à une activité promise à un grand avenir : la voltige aérienne. » Lire la suite : Un siècle de voltige aérienne

Le concept plane « Sky Whale » d’AWWA

Les déclinaisons de concept plane sont toujours pleines de promesses. Dans cette veine, le concept plane « Sky Whale » d’AWWA est un exercice plutôt réussi. L’inspiration d’Oscar Viñals est ici la baleine d’où le nom de Sky Whale…

L’ambition du projet est de créer la prochaine génération d’avions commerciaux à grande capacité avec l’incontournable recherche d’une dimension environnementale. » Lire la suite : Le concept plane « Sky Whale » d’AWWA

Le géant Lockheed C-5 Galaxy

Il est devenu familier des images des conflits armés de part le monde. Longtemps le plus gros avion du monde, le Lockheed C-5 Galaxy incarne à lui seul le transport militaire américain.

Lockeed C5 GalaxySon histoire est déjà longue. En 1963, l’US Air Force lança le programme CX-LHS (pour Cargo Experimental-Heavy Logistics System) pour remplacer les anciens C-133 «Cargomaster». Le cahier des charges était largement basé sur les caractéristiques du C-141 : ailes hautes, dérive en T, quadrimoteurs. La charge maximale était portée à 100 tonnes maximum et 51 tonnes en moyenne pour une autonomie respective de 6.000 km et 10.000 km. » Lire la suite : Le géant Lockheed C-5 Galaxy

Le Gyroptère d’Alphonse Papin et Didier Rouilly

Si les avions actuels ont un fâcheuse tendance à se ressembler tous, il n’en n’a pas toujours été ainsi. Les débuts de l’aviation ont été en effet d’une créativité sans limite. Dans ce registre, le Gyroptère d’Alphonse Papin et Didier Rouilly n’est pas en reste.

Décrit dans un brevet datant de 1911, l’idée est de reproduire le vol d’une samare. Cela se traduit en 1913 par un prototype, nommé Chrysalide, doté d’une aile de 7,15 mètres d’envergure tournant autour de la cabine de pilotage.

Un moteur d’avion tournant à 1 200 tours par minute actionne un ventilateur propulsant de l’air à une vitesse de 100 m/s jusqu’à l’extrémité de l’aile creuse d’où il s’en échappe. L’aile est mise en rotation par la poussée de l’air qui s’échappe par une ouverture ovale placée perpendiculairement à l’aile. Une partie de l’air est divertie pour actionner une tuyère auxiliaire devant maintenir immobile la cabine de pilotage dont l’orientation peut alors être contrôlée par le pilote.

» Lire la suite : Le Gyroptère d’Alphonse Papin et Didier Rouilly

Le Messerschmitt Me 262

Si le nom de Messerschmitt est généralement synonyme du célèbre chasseur allemand de la Seconde Guerre Mondiale, l’incontournable chasseur monomoteur Messerschmitt Bf 109, Messerschmitt a été pionnier dans la réalisation des avions à réaction avec le Messerschmitt Me 262.

Alors que le Heinkel He 178 effectua le premier vol d’un avion à réaction le 27 août 1939, il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre Mondiale pour voir l’apparition des premiers avions à réaction avec le premier chasseur-bombardier à réaction opérationnel, le Messerschmitt Me 262. Si le prototype date de 1941 et le premier vol du 18 juillet 1942, l’appareil ne sera produit en série qu’à la fin de l’année 1943. » Lire la suite : Le Messerschmitt Me 262

La voiture volante Aeromobil

Dans la (déjà) longue liste des expériences de voitures volantes, les expériences viennent souvent des Etats-Unis. Mais voici un nouveau prototype a été développé en Slovaquie. L’ingénieur Stefan Klein a débuté son projet de machine volante sur roues dans les années 90. Le résultat de sa réflexion est plutôt réussi.

aeromobil

D’un poids à vide de 450 kg, Aeromobil pourrait emporter deux personnes sur une distance de 700 kilomètres à une vitesse maximale de 200 kilomètres par heure. » Lire la suite : La voiture volante Aeromobil

Le musée de l’hydraviation de Biscarrosse

Installé à proximité de l’endroit historique de l’usine Latécoère, le musée de l’hydraviation de Biscarrosse dispose d’un espace de 800 m² pour retracer, au travers de maquettes et d’un film les moments de gloire des hydravions transatlantiques, véritables « paquebots des airs ».

Entre 1930 et 1935, Biscarrosse accueillait les usines Latécoère où étaient assemblés et essayés les appareils. Le lac sud dit « Latécoère » servait de centre d’essai sur la base des Hourtiquets. » Lire la suite : Le musée de l’hydraviation de Biscarrosse

Le DC3

Peu de machines produites par l’homme peuvent s’enorgueillir d’une longévité comparable à celle du Douglas DC3.

En effet, effectuant son premier vol le 17 décembre 1935, le DC3 fut, à l’origine, conçu pour effectuer les liaisons trans-continentales en Amérique du Nord. Il connut un essor important lors de la Seconde Guerre Mondiale. Fabriqué à la chaîne pendant cette période, le DC3 a été rebaptisé C-47 Skytrain par l’administration militaire. Son surnom plus répandu de Dakota lui aura été attribué auparavant par la Royal Air Force. » Lire la suite : Le DC3

Le Scorpion de Textron

Nous sommes habitués à des avions militaires plus spectaculaires les uns que les autres. Le biréacteur léger Scorpion de la société Textron va à contre-courant de cette tendance. Avec la réduction des crédits militaires, ce positionnement pourrait se révéler très judicieux.

Le Scorpion a été conçu pour effectuer des missions de surveillance, de renseignement tactique mais aussi d’appui au sol. Sa soute dans laquelle peut loger une charge utile destinée au recueil de renseignement, des munitions ou même pour du carburant supplémentaire doit lui permettre une évolutivité maximale. » Lire la suite : Le Scorpion de Textron