Les ailes volantes des frères Horten

Peu connus, les frères Horten ont conçu des ailes volantes en Allemagne durant les années 1930-1940. Alors qu’ils sont encore à l’école, ils commencent à étudier les ailes volantes et sont enthousiastes pour les conceptions de Alexander Lippisch. En 1933, ils construisent leur première machine, la Horten I. D’autres modèles suivent, dont les envergures, finesses et flèches d’aile sont de plus en plus importantes. Epurés au maximum, leurs planeurs étaient d’une efficacité remarquable pour l’époque avec, par exemple, une finesse estimée à 45 pour la Horten VI de 1944. Ce chiffre est le même que celui des planeurs standards d’aujourd’hui construits à l’aide de matériaux modernes. Une autre de leurs particularités est la position du pilote, semi-allongé sur le ventre, qui pouvait donner au pilote l’impression de voler avec des ailes au bout des bras.

En 1938, ils participent au concours de la Rhön, avec deux ailes Horten III. Un cumulus aspire de nombreux planeurs qui montent à une altitude de 7500 mètres environ, dont les Horten III. Les deux pilotes engagés par les frères Horten sont contraints de quitter leurs machines. L’un d’eux se tue à l’atterrissage, l’autre est hospitalisé pour cause de gelures.

Pendant la guerre mondiale, Reimar et Walter sont engagés dans la Luftwaffe mais leurs connaissances n’intéressent pas l’armée. En 1942, ils obtiendront tout de même des aides pour construire la Horten Ho IX, officiellement nommée Gotha Go 229, première aile volante bi-réacteur à l’apparence futuriste. L’appareil montrera un grand potentiel mais la défaite allemande et la confiscation par les Alliés de tous les projets du Reich le feront sombrer dans l’oubli.

Après la seconde guerre mondiale, Reimar Horten part en Argentine pour l’Institut Aéronautique de Cordoba, alors que son frère reste en Allemagne. Aidé par le pilote d’essai Heinz Scheidhauer, il construit les I.Ae.34 Clen Antu monoplace et biplace, parfois désignées comme les Horten XVa et Horten XVb, puis la I.Ae.41 Urubu, désignée comme la Horten XVc.

Il reste très peu d’ailes Horten, aucune n’étant en état de voler. Deux exemplaires restaurés d’une Horten III et une Horten IV sont visibles au National Air and Space Museum de Washington, DC, une Ho IX v3 bi-réacteur est en attente de restauration dans un hangar du musée Planes of Fame de Chino, en Californie, et une Horten IV est visible au Deutsches Museum de Munich.


Une réflexion au sujet de « Les ailes volantes des frères Horten »

  1. Un Urubu des frères Horten est visible au MNA de Moron, Gran Buenos Aires, à côté d’autres oiseaux rares argentins dont des chasseurs monoréacteur des années 50 à 60. Je peux vous faire passer les photos prises en aout 2007.

    A Maffet

Laisser un commentaire