Le Zeppelin

Issu de la volonté et des deniers personnels du Graf von Zeppelin, ce vaisseau, qui offrait une douceur de voyage inégalée, gardera une place bien à lui dans la longue histoire de la conquête de l’air.

Illustration la plus élémentaire du principe d’Archimede, le LZ1 s’éleva dans la proximité du lac de Constance le 2 juillet 1900.

La carrière de ces ballons sera jalonnée d’accidents. Le LZ2 s’abîme sur une colline du Würtemberg le 31 mai 1909 après un voyage de douze cent kilomètres, dix mois après l’incendie du LZ1.

Bien qu’instrument de la propagande nazie, le Zeppelin n’en écrira non moins quelques pages prestigieuses de l’histoire de l’aéronautique avec, notamment, son tour du monde en vingt jours en 1929.

La série des Zeppelin poussera jusqu’à l’extrême les principes qui régissent la conception des ballons dirigeables rigides en terme d’allongement. On assistera alors à l’apparition de véritables paquebots des airs avec des vaisseaux d’une longueur avoisinant les 300 mètres et le démarrage d’une exploitation commerciale régulière. A titre d’exemple, la traversée de l’océan Atlantique s’effectue en quatre jours à une vitesse de 115 kilomètres à l’heure. Ces croisières emportent alors une vingtaine de passagers accompagnés par quarante à cinquante membres d’équipage et XX tonnes de courrier.

Si la fin tragique du Zeppelin Hindenburg exceptionnellement gonflé à l’hydrogène par faute d’hélium lors de son vingt et unième voyage transatlantique le 6 mai 1937 à Lakehurst a brutalement interrompu la carrière de ce moyen de transport privilégié, le LZ127 « Graf Zeppelin » aura parcouru entre 1928 et 1937 1,7 millions de kilomètres en 590 vols. Les deux derniers exemplaires seront détruits en mars 1940 sur ordre de l’administration. Il nous reste le musée Zeppelin à Ludwigshafen sur les bords du lac de Constance.

Ce début de XXIe siècle voit de nouvelles expériences par la mise en oeuvre de gaz différents, moins inflammables. En effet, de part sa conception entraînant une maintenance réduite, le ballon dirigeable constitue le moyen de locomotion et de transport aéroporté le plus économique. La société Zeppelin Luftschifftechnik a relancé depuis 1997 la fabrication d’un ballon dirigeable gonflé à l’hélium. Ce ballon, peut emporter jusqu’à douze passagers en plus de ses deux pilotes, est destiné essentiellement à des missions d’observation et de surveillance. Le LZ N-07 devrait inaugurer une série prévue pour pouvoir embarquer quarante six puis quatre vingt quatre passagers.


Laisser un commentaire