Le Mercure 100

Le programme Mercure est officiellement lancé en avril 1969, mais, malgré l’intérêt accordé par plusieurs compagnies aériennes américaines (la 300 ème machine était prévue fin 1979), la vente de l’appareil se limite au Mercure 100 à la seule société française Air Inter. Si entre 1973 et 1980, les études de marché font apparaître l’existence d’un marché potentiel de 1 500 appareils court courrier de 130 à 150 passagers, le programme ne démarre pas, il est victime de la conjonction du choc pétrolier, des dévaluations du dollar, de l’inflation en Europe et de la préférence des compagnies aériennes pour un avion polyvalent court-moyen courrier. L’avion est également pénalisé par sa motorisation : les moteurs Pratt & Whitney qui l’équipent sont relativement anciens, ils sont bruyants et consomment trop.

Finalement, seuls dix Mercure 100 sont fabriqués. La chaîne de montage est arrêtée le 19 décembre 1975. Dassault tentera pendant quelques années de relancer le projet, en contactant des firmes américaines pour leur proposer de produire l’appareil sous licence, et surtout en avançant projet Mercure 200, qui devait avoir un fuselage allongé et des moteurs CFM56 bien plus efficaces. Le projet ne fut jamais mené à bien, mais selon certaines rumeurs les plans furent cédés à Aérospatiale et inspirèrent plus ou moins la conception de l’Airbus A320.

Le 11 juillet 1983, Air Inter, satisfaite de l’exploitation de ses Mercure et désireuse d’un avion supplémentaire, commande la mise au standard du prototype Mercure 02 qui avait effectué son premier vol le 7 septembre 1972. Il est livré à Air Inter le 8 mars 1985 et devient le onzième appareil de sa flotte. Le 29 avril 1995, les deux derniers des onze Mercure en service sur le réseau d’Air Inter effectuent leur dernier vol.

A l’heure de leur retraite, leur bilan est éloquent : 360 000 heures de vol, 44 millions de passagers transportés en 440 000 vols, sans le moindre accident.


Laisser un commentaire