Le Flyer I

S’il existe des polémiques sur le premier vol d’un plus lourd que l’air, les quatre vols des frères Wright à bord de leur Flyer I, le 17 décembre 1903, sont sans doute les premiers à ne pas tenir du hasard par la mise en oeuvre d’une architecture réaliste. Cet appareil est en effet le fruit de plusieurs années d’expérimentation de divers planeurs. Ces essais étant couverts de succès, il fut décidé de concevoir un moteur et une hélice capables d’emporter une machine dans les airs.

Si le premier vol ne fut que d’une distance de trente six mètres, les vols suivants permirent d’assurer une distance de vol allant jusqu’à deux cent soixante mètres. Quoi qu’il en soit, Orville Wright est le premier homme à avoir effectué un véritable vol maîtrisé avec un plus lourd que l’air.

Leurs développements leur permirent d’effectuer dès 1905 des vols de plus de cinq minutes et de placer le record de distance à plus de 4400 mètres. Ce n’est qu’à bord de leur Flyer III que s’ouvrait la possibilité de manœuvrer, d’effectuer des boucles. Le scepticisme de la presse ne permit au monde de n’apprendre ces vols qu’en 1908. La première présentation publique n’a eu lieu que le 8 août 1908 à l’hippodrome des Hunaudières près du Mans à bord d’un nouvel appareil resté emballé au port du Havre pendant près d’un an faute d’intérêt.

C’est à bord d’un biplan Wright Flyer des frères Wright « premier avion à moteur à pétrole » de l’histoire de l’aviation que, le 2 juin 1910, Charles Rolls fut le premier homme à faire « l’aller retour » Angleterre, Douvres-France, Calais sans escale au-dessus de la Manche, une traversée récompensée par une coupe de 2000 francs offerte par M. Ruinart. Le 12 juillet de la même année, Charles Rolls se tue dans un meeting aérien au-dessus de Bournemouth à l’âge de 32 ans, alors qu’il pilotait un biplan Wright et tentait de s’imposer dans un concours d’atterrissage. Charles Rolls s’est écrasé à la suite de la rupture de la queue stabilisatrice de son appareil.


Laisser un commentaire