Archives de catégorie : pionniers

Les ailes d’Otto Lilienthal

C’est dans les dix dernières années du XIXe siècle que l’ingénieur allemand Otto Lilienthal réalisa quelque deux mille vols planés à partir d’une colline artificielle de trente mètres de haut près de Berlin sur des distances allant jusqu’à trois cent cinquante mètres.

Le professeur Karl Mullenberhoff décrira clairement la technique de vol: « On court, en abaissant les ailes, contre le vent. Au moment convenable, on relève un peu la surface de sustentation, de manière à la rendre à peu près horizontale, et l’on cherche dans l’air, pendant le planement descendant, à donner par tâtonnement au centre de gravité une position telle que l’appareil soit projeté rapidement en avant, mais descende aussi peu que possible.« 

Otto LilienthalUn néophyte décrira son expérience : « Je restais quelques moments immobile et face au vent, pour m’habituer à la machine; puis, Lilienthal me dit d’avancer. Je courus lentement contre le vent; le poids de la machine diminuait à chaque pas; je sentis la force qui me soulevait. Immédiatement après, mes pieds quittèrent le sol, et je glissais le long de la pente, à un ou deux pieds du sol. L’appareil s’inclinait passablement d’un côté à l’autre, mais je réussis à atterrir sain et sauf à ma grande satisfaction. On éprouve, en glissant ainsi dans l’air, une sensation délicieuse et tout à fait indescriptible.« 

Ces vols, mettant en oeuvre les techniques assez primaires du cerf-volant sans ficelle – remplaçant la ficelle par la force de la pesanteur – , ressemblent davantage aux vieux fantasmes de l’homme d’imiter les oiseaux qu’à une approche rigoureuse des phénomènes aérodynamiques. Son approche a cependant été reprise dans l’exploitation des deltaplanes modernes.

Ajout du 31 mai 2016 : A partir de toutes les photographies réalisées à l’époque, une équipe a réussi à décliner une version animée des tentatives d’Otto Lilienthal.

Le Flyer I

S’il existe des polémiques sur le premier vol d’un plus lourd que l’air, les quatre vols des frères Wright à bord de leur Flyer I, le 17 décembre 1903, sont sans doute les premiers à ne pas tenir du hasard par la mise en oeuvre d’une architecture réaliste. Cet appareil est en effet le fruit de plusieurs années d’expérimentation de divers planeurs. Ces essais étant couverts de succès, il fut décidé de concevoir un moteur et une hélice capables d’emporter une machine dans les airs. » Lire la suite : Le Flyer I

La Montgolfière

« Afin que l’on se rendit compte si l’atmosphère au-dessus du sol était vraiment respirable », les frères Montgolfier firent prendre place quelques animaux à bord de leur aérostat lors de leurs premières expériences à Annonay puis à Versailles en présence du Roi et de la Cour le 19 septembre 1783.

MontgolfiereLes essais poursuivis dans les jardins de la Folie-Titon près du Faubourg Saint-Antoine à Paris, seront couronnés de succès le 19 octobre avec plusieurs ascensions de « deux cents pieds suivant l’estime commune » et donneront l’occasion à Georges Ville, graveur de l’Académie Royale, de décrire « un globe d’expérience en forme de vase de soixante-seize pieds de haut et quarante-six de diamètre. On le fit monter en l’air quatre fois aux acclamations de plus de deux mille personnes qui étaient dans le jardin ». La foule acclame ceux qu’elle critiquait encore deux jours auparavant pour la médiocrité de leurs performances.

» Lire la suite : La Montgolfière