Archives de catégorie : pionniers

Le Pou-du-Ciel, ancêtre de l’ULM

Véritable ancêtre de l’ULM par sa simplicité et son prix, le lancement du Pou-du-Ciel par Henri Mignet n’a pas été bien vu par l’industrie aéronautique de l’avant guerre.

Convaincu de l’utilité de rendre l’aéronautique accessible au plus grand nombre, Henri Mignet publia les plans de son HM-8 au Salon de l’aéronautique 1934 et en publie les plans. » Lire la suite : Le Pou-du-Ciel, ancêtre de l’ULM

Le premier vol transatlantique

A la question du premier vol transatlantique, tout le monde répond Lindbergh. Mais la vraie réponse est plus confuse que cela. Tout est question de définition.

Ainsi :

  • La première traversée de l’Atlantique nord fut réalisée en mai 1919 par l’américain Albert Cushing Read sur un hydravion bimoteur, le Curtiss NC-4. Parti de Long Island, il rejoint Plymouth après un périple de 23 jours et des escales à Cape Cod, Terre-Neuve, aux Açores et à Lisbonne.

Curtiss-NC-4

  • Quelques semaines plus tard, les 14 et 15 juin, Alcock et Brown réalisèrent le premier vol sans escale en reliant Terre-Neuve à l’Irlande sur un Vickers Vimy IV.
  • La première traversée d’Est en Ouest sans escale fut réalisée par le dirigeable Type 33 de la William Beardmore and Company. Parti d’East Fortune en Écosse le 2 juillet 1919, il arriva à Long Island le 6 juillet.
  • Les 20 et 21 mai 1927, Charles Lindbergh réalisa la première traversée New York – Paris sans escale sur le Spirit of Saint Louis.
  • Le premier vol transatlantique commercial fut celui du LZ 127 Graf Zeppelin du 11 au 15 octobre 1928, entre Friedrichshafen et Lakehurst.

» Lire la suite : Le premier vol transatlantique

Le Gyroptère d’Alphonse Papin et Didier Rouilly

Si les avions actuels ont un fâcheuse tendance à se ressembler tous, il n’en n’a pas toujours été ainsi. Les débuts de l’aviation ont été en effet d’une créativité sans limite. Dans ce registre, le Gyroptère d’Alphonse Papin et Didier Rouilly n’est pas en reste.

Décrit dans un brevet datant de 1911, l’idée est de reproduire le vol d’une samare. Cela se traduit en 1913 par un prototype, nommé Chrysalide, doté d’une aile de 17 mètres d’envergure tournant autour de la cabine de pilotage.

Un moteur d’avion tournant à 1 200 tours par minute actionne un ventilateur propulsant de l’air à une vitesse de 100 m/s jusqu’à l’extrémité de l’aile creuse d’où il s’en échappe. L’aile est mise en rotation par la poussée de l’air qui s’échappe par une ouverture ovale placée perpendiculairement à l’aile. Une partie de l’air est divertie pour actionner une tuyère auxiliaire devant maintenir immobile la cabine de pilotage dont l’orientation peut alors être contrôlée par le pilote. » Lire la suite : Le Gyroptère d’Alphonse Papin et Didier Rouilly

La Bergeronnette planeur autogire

Ancêtre de l’hélicoptère, la Bergeronnette fait partie des diverses tentatives d’exploiter le phénomène de l’autogire. En pratique, la Bergeronnette (Bachstelze en allemand) est un planeur autogire tracté développé par la firme allemande Focke-Achgelis durant la Seconde Guerre mondiale.

De son vrai nom Focke-Achgelis Fa 330 Bachstelze, il était utilisé pour l’observation militaire. Non motorisé, ce n’est pas un hélicoptère. » Lire la suite : La Bergeronnette planeur autogire

Premières écoles de pilotage à Pau

Saviez-vous que les premières écoles de pilotage se sont constituées à Pau ? Nous sommes alors encore dans la première décennie de l’aventure aérienne, Louis Blériot, tout auréolé de son succès de la traversée de la Manche, crée la seconde école de pilotage à Pau inaugurée le 24 novembre 1909. En effet, les frères Wright auront auparavant honoré un contrat de formation de trois pilotes sur le Flyer, malheureusement rapidement dépassé.

Aviation à Pau
L’aviation à Pau

S’enchaînent ensuite les créations d’autres écoles par d’autres pionniers de l’industrie aéronautique tels que Voisin, Antoinette, Déperdussin, Morane-Saulnier et Nieuport.
» Lire la suite : Premières écoles de pilotage à Pau

Le V2, l’autre invention de Wernher von Braun

Alors que l’on célèbre les quarante ans des premiers pas de l’homme sur la Lune, on ne peut s’empêcher de penser à ce que serait devenu le monde si le résultat des travaux de Wernher von Braun avait été mené à son terme plus tôt.

En effet, traversant une grande partie du XXème siècle, le parcours de Wernher von Braun est exceptionnel mais reste ambigu. Il a été amené à travailler sur les projets fondateurs de l’industrie spatiale, de l’ancêtre des missiles balistiques que furent les V1 et V2 allemands au début des années 1940 à la fusée Saturn V grâce à laquelle les américains fouleront le sol lunaire en juillet 1969. L’histoire de Wernher von Braun restera entachée par les conditions dans lesquelles les V2 ont été fabriqués et l’usage auquel elles étaient destinées. Dotées de faibles charges et peu précises, leur fabrication aurait en effet fait davantage de morts que leur utilisation. Cependant, ces vecteurs auraient pu se montrer bien plus dévastateurs avec des charges non conventionnelles.

Face au savoir faire accumulé, le pragmatisme américain passera avant un éventuel devoir de justice et Wernher von Braun, au lieu d’être inquiété, sera généreusement accueilli aux Etats-Unis pour y poursuivre ses travaux. Ainsi, les V2 resteront la base de nombreux essais américains jusque dans les années 1950. Wernher von Braun participera par la suite au programme Apollo de la NASA en concevant la fusée Saturn V.

Liens :

Hommage à Louis Blériot

Si aujourd’hui un vol d’un quarantaine de kilomètres peut paraître d’une banalité affligeante, il n’en était pas de même il y a un siècle.

Louis BlériotNous ne sommes alors qu’aux balbutiements de l’aéronautique et de nombreux prix récompensent les audacieux. C’est ainsi qu’après avoir remporté le « Prix du voyage » de l’Aéro-Club de France en volant sur un parcours de 41,2 km effectué en 44 mn 30 s, Louis Blériot décolle des environs de Calais le 25 juillet 1909 au lever du soleil à bord du Blériot XI pour la première traversée aérienne de la Manche. Les 38 kilomètres du trajet sont parcourus en 37 minutes à la vitesse moyenne de 58 km/h.

Un siècle après, bien peu sont ceux qui oseraient voler sur un machine telle que le Blériot XI.

Si la traversée de l’Atlantique par Charles Lindbergh à bord du Spirit of Saint Louis demeurera plus connue, Louis Blériot saura largement bénéficier de sa notoriété dans ses aventures industrielles.