Archives de catégorie : hydravion

Le premier vol transatlantique

A la question du premier vol transatlantique, tout le monde répond Lindbergh. Mais la vraie réponse est plus confuse que cela. Tout est question de définition.

Ainsi :

  • La première traversée de l’Atlantique nord fut réalisée en mai 1919 par l’américain Albert Cushing Read sur un hydravion bimoteur, le Curtiss NC-4. Parti de Long Island, il rejoint Plymouth après un périple de 23 jours et des escales à Cape Cod, Terre-Neuve, aux Açores et à Lisbonne.

Curtiss-NC-4

  • Quelques semaines plus tard, les 14 et 15 juin, Alcock et Brown réalisèrent le premier vol sans escale en reliant Terre-Neuve à l’Irlande sur un Vickers Vimy IV.
  • La première traversée d’Est en Ouest sans escale fut réalisée par le dirigeable Type 33 de la William Beardmore and Company. Parti d’East Fortune en Écosse le 2 juillet 1919, il arriva à Long Island le 6 juillet.
  • Les 20 et 21 mai 1927, Charles Lindbergh réalisa la première traversée New York – Paris sans escale sur le Spirit of Saint Louis.
  • Le premier vol transatlantique commercial fut celui du LZ 127 Graf Zeppelin du 11 au 15 octobre 1928, entre Friedrichshafen et Lakehurst.

» Lire la suite : Le premier vol transatlantique

Le musée de l’hydraviation de Biscarrosse

Installé à proximité de l’endroit historique de l’usine Latécoère, le musée de l’hydraviation de Biscarrosse dispose d’un espace de 800 m² pour retracer, au travers de maquettes et d’un film les moments de gloire des hydravions transatlantiques, véritables « paquebots des airs ».

Entre 1930 et 1935, Biscarrosse accueillait les usines Latécoère où étaient assemblés et essayés les appareils. Le lac sud dit « Latécoère » servait de centre d’essai sur la base des Hourtiquets. » Lire la suite : Le musée de l’hydraviation de Biscarrosse

Hughes H-4 Hercules

Dans la course aux méga hydravions, le milliardaire américain Howard Hughes se devait de ne pas rester en reste. Le Hughes H-4 Hercules sera sa réponse.

Hughes H-4 HerculesSi nous nous sommes presque habitués à voir voler l’imposant Airbus A380, l’avion ayant la plus grande envergure au monde date de plus de 70 ans et fut, en raison des restrictions sur les métaux dues à la guerre, construit en bois ! En effet, avec ses 97,54 mètres d’envergure, le Hughes H-4 Hercules surclasse l’A380 (79,80 mètres). L’idée d’une flotte de tels avions avait été lancée en 1942 à l’époque où les Liberty Ships étaient devenus la cible des sous-marins allemands. Bien que le projet fut devenu obsolète avec la fin de la guerre, la construction du prototype fut menée à terme et terminé en 1947. Le Hughes H-4 Hercules ne vola cependant qu’une seule fois, le 2 novembre, à Long Beach en Californie. Il grimpa alors à 70 pieds (21 mètres) et resta en l’air environ une minute, en parcourant un mille (1 600 mètres) à la vitesse maximale de 129 km/h. Certains considèrent que ce vol ne fut possible qu’avec le concours de l’effet de sol (voir l’Ekranoplane).

Fin de vie

Il fut ensuite conservé dans un hangar climatisé en état de voler pendant 30 ans aux frais d’Howard Hughes. En 1988, la Walt Disney Company le racheta et offrit l’avion à l’Evergreen Aviation & Space Museum dans l’Oregon aux États-Unis.

Autres hydravions géants

La vie des hydravions géants a résolument été mouvementée avec les destins hasardeux des Dornier DO-X et des Latécoère 631.

Lire : Howard Hughes : l’homme aux secrets (Michel Lafon, 2005)

L’hydravion Latécoère 631

Dans la série des hydravions géants, le constructeur français Latécoère n’a bien évidemment pas été absent. Cela s’est traduit dans l’immédiat après-guerre par l’imposant Latécoère 631.

Développé au début des années 40, le Latécoère 631  a connu une vie assez courte avec seulement 10 exemplaires fabriqués bien que ces caractéristiques, avec une autonomie de 6.400 kilomètres et capable d’emporter jusqu’à 50 passagers, aient été du plus haut niveau pour l’époque. Il sera affecté par Air France aux liaisons avec les Antilles au départ de la base du Lac de Biscarosse mais retiré rapidement du service suite notamment à la disparition d’un exemplaire sur une liaison transatlantique.

Liens :

Dornier Do X

Le Do X était un hydravion civil allemand construit par les usines Dornier après la Première Guerre mondiale. A son époque, il était de loin le plus grand avion au monde. A ce titre, il a détenu le record du nombre de passagers emporté pendant vingt ans avant d’être détrôné par le Lockheed R6V Constitution.

DO-X

Ce projet est malheureusement resté à l’état de prototype avec trois exemplaires produits. Un accident et des doutes sur la rentabilité de l’appareil ont eu raison de sa carrière. Exposé au Deutsches Technikmuseum de Berlin, le Do X 1929 fut détruit lors d’un bombardement en 1943.

Seul héritage des hydravions développés par Claude Dornier, un DO-24, piloté par son petit-fils Iren Dornier, parcourt encore le ciel.