Archives de catégorie : avion géant

C’est presque un corollaire à la conquête du ciel, la course au gigantisme des objets volants a commencé rapidement avec les Zepellin et n’a de cesse avec le récent Airbus A380.

Le géant Lockheed C-5 Galaxy

Il est devenu familier des images des conflits armés de part le monde. Longtemps le plus gros avion du monde, le Lockheed C-5 Galaxy incarne à lui seul le transport militaire américain.

Lockeed C5 GalaxySon histoire est déjà longue. En 1963, l’US Air Force lança le programme CX-LHS (pour Cargo Experimental-Heavy Logistics System) pour remplacer les anciens C-133 «Cargomaster». Le cahier des charges était largement basé sur les caractéristiques du C-141 : ailes hautes, dérive en T, quadrimoteurs. La charge maximale était portée à 100 tonnes maximum et 51 tonnes en moyenne pour une autonomie respective de 6.000 km et 10.000 km. » Lire la suite : Le géant Lockheed C-5 Galaxy

Hughes H-4 Hercules

Dans la course aux méga hydravions, le milliardaire américain Howard Hughes se devait de ne pas rester en reste. Le Hughes H-4 Hercules sera sa réponse.

Hughes H-4 HerculesSi nous nous sommes presque habitués à voir voler l’imposant Airbus A380, l’avion ayant la plus grande envergure au monde date de plus de 70 ans et fut, en raison des restrictions sur les métaux dues à la guerre, construit en bois ! En effet, avec ses 97,54 mètres d’envergure, le Hughes H-4 Hercules surclasse l’A380 (79,80 mètres). L’idée d’une flotte de tels avions avait été lancée en 1942 à l’époque où les Liberty Ships étaient devenus la cible des sous-marins allemands. Bien que le projet fut devenu obsolète avec la fin de la guerre, la construction du prototype fut menée à terme et terminé en 1947. Le Hughes H-4 Hercules ne vola cependant qu’une seule fois, le 2 novembre, à Long Beach en Californie. Il grimpa alors à 70 pieds (21 mètres) et resta en l’air environ une minute, en parcourant un mille (1 600 mètres) à la vitesse maximale de 129 km/h. Certains considèrent que ce vol ne fut possible qu’avec le concours de l’effet de sol (voir l’Ekranoplane).

Fin de vie

Il fut ensuite conservé dans un hangar climatisé en état de voler pendant 30 ans aux frais d’Howard Hughes. En 1988, la Walt Disney Company le racheta et offrit l’avion à l’Evergreen Aviation & Space Museum dans l’Oregon aux États-Unis.

Autres hydravions géants

La vie des hydravions géants a résolument été mouvementée avec les destins hasardeux des Dornier DO-X et des Latécoère 631.

Lire : Howard Hughes : l’homme aux secrets (Michel Lafon, 2005)

Antonov 225

Alors que l’Airbus A380 commence à sillonner nos airs régulièrement sous différentes couleurs (Air France commence son exploitation commerciale sur sa première ligne Paris – New-York aujourd’hui), on peut se rappeler l’Antonov 225. Développé à une époque où la rivalité entre l’URSS et les Etats-Unis n’avait pas encore dit son dernier mot, l’Antonov 225 Mriya (« Мрiя » signifie Rêve en Ukrainien) surpasse tout ce qui a été développé auparavant avec une capacité de charge de 250 t (initialement 225 t). Il mesure 84 m de long, 88,4 m d’envergure et 18,1 m de haut. Il a fait son premier vol le 21 décembre 1988 (battant 106 records mondiaux) et a transporté la maquette de la future navette spatiale soviétique Bourane (60 t) au Salon du Bourget en France en 1989.

C’est à l’heure actuelle le plus gros avion au monde en service, il n’en existe qu’un seul exemplaire et il est utilisé par Antonov Airlines pour des missions de transports exceptionnels. Il a subi quelques modifications telles que l’ajout de nouveaux systèmes de sécurité, de navigation et de communication. D’après le constructeur, le fuselage a été renforcé pour supporter des charges utiles plus lourdes. Enfin, il a été équipé avec un nouveau cockpit et une nouvelle cabine de passagers. Ces améliorations ont coûté plus de 20 millions de dollars en 2000.

Aotonov 225

Un deuxième appareil était en assemblage dans les années 80 mais sa construction a été stoppée en 1994. Malgré les nombreuses rumeurs sur la reprise de l’assemblage du deuxième exemplaire, ce dernier n’a pas été terminé.

Bien qu’étant le plus gros avion de fret au monde, le Mriya n’est pas vraiment rentable et n’est utilisé que dans certains cas où la charge est trop volumineuse pour être déplacée par un Antonov 124. Personne n’a proposé à Antonov Airlines de lui racheter cet exemplaire. En effet, il est plus économique financièrement d’utiliser deux Antonov 124 que de faire un seul voyage avec le Mriya. Mais le Mriya est une vitrine technologique pour cette entreprise et chaque déplacement du monstre est souvent accompagné d’articles dans la presse locale.

Nul doute que l’Antonov 225 est dans la lignée des aéronefs surdimensionnés tels que le Dornier X, Hughes H-4 Spruce Goose et le presque sage Airbus A380.

On remarquera la prestation de l’appareil dans le film catastrophe 2012.

L’Airliner Number 4 de Norman Bel Geddes

Connu pour ses projets visionnaires et à l’époque d’une certaine recherche du gigantisme avec notamment le Dornier Do X, Norman Bel Geddes proposa en 1929 l’Airliner Number 4 comme futur transport transatlantique à l’horizon des années 1940.

Airliner4

Véritable paquebot de l’air, l’Airliner Number 4 transpose dans les airs le confort des transatlantiques de l’époque.

bgdeck5

On ne peut se retenir de penser aux projets d’aménagement vus autour de l’Airbus A380.