Archives de catégorie : aviation commerciale

Comac 919 : l’aviation commerciale chinoise débarque

Il est des marchés où l’industrie chinoise n’est pas encore présente. Ce ne sera bientôt plus le cas pour l’avion commerciale.

Développé par Commercial Aircraft Corporation of China (CACC) et prévu pour être en opération dès 2016, le Comac 919 devrait permettre le transport de 130 à 200 passagers. Ce modèle entre sur un marché très lucratif occupé par les Boeing 737 et Airbus A320.

Les prévisions de besoins de l’aviation civile chinoise sont énormes (Airbus l’estime à 2.800 avions sur les 20 prochaines années) et on comprend bien que la Chine ne veuille pas perdre le contrôle de ce marché.

La Chine est aussi présente sur le segment des avions commerciaux civils de petite taille avec l’ARJ21 d’une capacité en passagers de 70 à 90 places, concurrent du brésilien Embraer 190 et du canadien Bombardier CRJ.

L’aviation commerciale en 2093

A l’occasion de son 85e anniversaire, la compagnie aérienne finnoise Finnair vient de lancer Departure 2093, un site proposant une vision de ce que pourrait être le transport aérien commercial dans 85 ans – en 2093.

A partir de quelques constats tels que le doublement du trafic aérien tous les quinze ans et la nécessité de la prise en compte des contraintes écologiques, la réflexion, menée notamment en partenariat avec Airbus, est articulée autour de cinq thèmes :

  • Voler sera populaire car rien ne remplace le contact humain.
  • Voler sera écologique avec des aéronefs à zéro émission.
  • Voler sera une aventure avec une banalisation des vols hors de l’atmosphère.
  • Voler restera viable avec l’avènement de nouveaux modèles économiques tels que les croisières aériennes.
  • Voler sera une expérience personnelle

Il en résulte cinq concept planes déclinés par Kauko Helavuo :

  • L’A600-850M, l’incontournable successeur du Concorde.
  • L’A600-850, le moyen courrier à forte capacité à décollage vertical.
  • L’A1700-2400 Cruiser, futur paquebot de l’air emportant de 1.700 à 2.400 passagers.
  • L’avion pour tout le monde à la croisée de l’avion personnel et de l’hélicoptère.
  • Le Space hotel’s service ship, permettant de rejoindre un hôtel orbital de 450 lits faisant le tour du monde en neuf heures à une altitude de 500 kilomètres.

Il est bien évidemment impossible de prédire ce que sera l’aviation civile dans 85 ans mais cette intéressante prospective a le charme de poser les axes de développement en fonction de l’évolution du marché et des contraintes.

100 ans d’aviation française

100 ans d'aviation civile francaiseDu 4 au 12 octobre 2008, l’industrie aéronautique et spatiale française investit les Champs Elysées à Paris pour fêter son centième anniversaire.

Quelques éléments parmi les plus imposants et les plus symboliques :

  • Airbus avec divers éléments dont une pointe avant de l’A380.
  • Le Rafale et le Mirage III de Dassault Aviation implantés sur la place de la Concorde.
  • Une fusée Ariane 5 de plus de 12 mètres de haut (à l’échelle 1/5) trône au milieu du Rond-Point des Champs-Elysées – Marcel Dassault.
  • Ainsi que le Blériot XI, le SPAD XIII, le Farman F 60 Goliath IV, le Potez 25, un nez de Caravelle et l’hélicoptère Cornu…

Berlin-Tempelhof, c’est fini !

Berlin TempelhofTroisième plus grand bâtiment au monde en termes de superficie au sol (derrière le Pentagone aux États-Unis et le palais présidentiel de Bucarest), plus vieil aéroport commercial au monde, premier aéroport à avoir été relié par un métro en 1927, l’aéroport de Berlin-Tempelhof a servi de modèle pour de nombreux aéroports par la suite, son organisation avant-gardiste attribuant des niveaux distincts pour les départs, les arrivées et le fret.

Berlin-Tempelhof est un des derniers aéroports héritiers de la période pionnière de l’aéronautique. Il a aussi servi de cadre au fameux pont aérien de 1948.

Berlin Ttempelhof vu sur Google mapsMaintes fois repoussée, la fermeture est prévue pour le 31 octobre 2008.

La Caravelle

C’est avec un vol de vingt deux minutes que la Caravelle a pris contact avec le milieu qui sera le sien pendant près de trente ans. Biréacteur commercial de quarante tonnes emmenant soixante dix passagers à 770 kilomètres à l’heure, cette première présentation le 27 mai 1955 marque la présence de la France dans l’aviation civile moderne. Si Air France abandonnera la Caravelle en 1981, sa carrière continuera encore une dizaine d’années au sein de compagnies plus modestes comme Air Inter, Air Corse et d’autres plus exotiques… » Lire la suite : La Caravelle

L’Airbus

Réponse européenne à la suprématie américaine en matière de transport aérien civil et considéré avec mépris par ses constructeurs, le consortium européen a, en l’espace d’une décennie, obtenu une brillante réussite commerciale allant jusqu’à s’imposer deuxième fabricant mondial derrière Boeing. Une telle réussite n’était pas prévue lorsque le 30 octobre 1972 l’Airbus A300B numéro 1 s’arrache de la piste « Concorde » de Toulouse pour son premier vol. Cette réussite a toujours été placée sous le signe de l’innovation; l’A300 a, en son temps, apporté une amélioration sensible sur les plans du bruit et de la consommation, l’A320 a bouleversé le pilotage par l’utilisation à outrance de l’informatique et de la fibre optique permettant de réduire respectivement personnel naviguant et poids. Cette maîtrise de l’innovation est directement issue des recherches menées lors de la conception de Concorde. Cette réussite verra son aboutissement en septembre 1984, lorsque le géant américain, PanAm, pourtant étroitement lié à l’histoire de l’autre américain Boeing, signe une intention de commande pour l’avion européen jusqu’alors boudé par les compagnies américaines.

Airbus A300Ce programme européen par excellence a créé une fédération de quatre constructeurs regroupés en GIE parmi lesquels: l’espagnol Casa, le britannique British AeroSpace, l’allemand Daimler-Benz Aerospace et le français Aérospatiale.

Pendant le salon du Bourget de 1993 et après une présentation-ballet de la gamme renouvelée, la version A340-400, baptisée pour l’occasion World Ranger, a battu le record de distance sans escale en effectuant le trajet Paris – Auckland – Paris en quarante deux heures. La bataille commerciale reste cependant âpre contre le géant américain Boeing qui ne semble être décidé à ne laisser échapper la moindre part de marché.

En 1996, vingt ans après les premiers vols commerciaux de l’Airbus A300, la société Airbus Industrie enregistre sa deux millième commande et se place ainsi au rang de numéro deux mondial de l’aviation civile commerciale.

Les années 2005 verront l’avènement du super transporteur l’A380.

En 2013, EADS changera de nom au profit du la marque Airbus, plus connue mondialement.

Bibliographie

Liens

Le Mercure 100

Le programme Mercure est officiellement lancé en avril 1969, mais, malgré l’intérêt accordé par plusieurs compagnies aériennes américaines (la 300 ème machine était prévue fin 1979), la vente de l’appareil se limite au Mercure 100 à la seule société française Air Inter. Si entre 1973 et 1980, les études de marché font apparaître l’existence d’un marché potentiel de 1 500 appareils court courrier de 130 à 150 passagers, le programme ne démarre pas, il est victime de la conjonction du choc pétrolier, des dévaluations du dollar, de l’inflation en Europe et de la préférence des compagnies aériennes pour un avion polyvalent court-moyen courrier. L’avion est également pénalisé par sa motorisation : les moteurs Pratt & Whitney qui l’équipent sont relativement anciens, ils sont bruyants et consomment trop. » Lire la suite : Le Mercure 100